Skip to content

HUMANTRONIC

Manakacha session

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Manakacha Session 

Présenté par Frédéric Alvernhe aka HUMANTRONIC

 

Humantronic : la part de l’homme dans le chant que génèrent les machines. Quelque chose qui nous ramène à Detroit, vers le milieu des années 80 : une mécanique obsessionnelle, qui précipite les corps et les esprits dans un état de transe. Comme beaucoup d’autres de sa génération, Frédéric Alvernhe s’est pris une claque monumentale à cet instant-là. Mais tous n’ont pas ensuite consacré leur carrière à propager cette vibration qui réunit les âmes, dans un élan sincère de communion extatique et tribale. Frédéric Alvernhe est Humantronic. Humantronic est techno. Mais avec un supplément d’homme.

 

Il y a longtemps de cela, Humantronic était Fred Flower. Et Fred Flower ne ressemblait déjà à personne sur la scène phocéenne quand il a commencé à se faire connaître en tant que musicien, compositeur et Dj. C’était à la fin des années 90, une époque où il opérait en électron libre, multipliant les expériences : aux platines, dans différents groupes, en synchro (son remix techno du générique de l’émission culte Culture Pub) ou pour le monde du spectacle vivant (Au pays des hommes, Théâtre Toursky, puis Electron un peu plus tard avec Michel Moglia et l’Orgue à Feu, deux spectacles transdisciplinaires au possible).

En parallèle à son travail de Dj, la programmation devient vite pour lui une seconde nature. Et tout doucement, Humantronic se met en place. Il fait d’abord la rencontre d’Apoll (Tongut Records) avec qui il lance en 2006 le label Neopren, distribué par Intergroove. Succès immédiat dès le premier maxi de Humantronic : Kiss of the flowerman est numéro 1 des ventes sur le site Juno records. Il peaufine ensuite un « live » évolutif qui s’impose au fil du temps comme un must pour les amateurs de techno hypnotique, à la fois respectueuse des grands anciens (donc écartée de toute tendance) et très ancrée dans son époque (le travail de plus en plus organique des textures). C’est là une particularité forte de Humantronic : loin de toute facilité, son « live » est à considérer au sens premier du terme, une performance où chaque boucle, chaque son se joint aux autres dans l’instant du direct. En cela, celle-ci est très différente de ses dj-sets, pourtant mus par une même intransigeance.

 

2007, Humantronic est prêt pour la grande aventure berlinoise. Creuset fertile de l’avant-garde et du clubbing, la ville réunifiée reste cet endroit de tous les possibles, cet eden pour qui désire s’inscrire dans une dynamique techno pointue. C’est donc ici que Fred va sortir certains de ses meilleurs maxis (dont Beyond the line et Behind shadows sur le label d’Apoll) et développer ses propres soirées (Reverse).

En 2010, sa nouvelle arme se nomme Manakacha : plus qu’un label (qu’il pilote cette fois-ci en solo), une plateforme artistique pour exposer le travail de gens qu’il apprécie, photographes, graphistes et bien sûr musiciens. Humantronic en signera la toute première référence, avec notamment un remix de Sarah Goldfarb et continuera d’être sur tous les fronts : en live ou aux platines, en tant que producteur ou organisateur avec les très prisées soirées Secret Garden dans le sud de la France, qui ont vu défiler Radio Slave, Carl Craig ou Sebo K.

Il continue de développer en parallèle sa carrière de compositeur, remarqué comme finaliste des Audi Talents Awards 2011, il signe alors plusieurs musiques pour des publicités et des courts métrages.

 

Fin 2014, Il quitte la capitale du clubbing pour s’installer à Lille, à la croisée des routes d’Europe du Nord. Loin de ralentir son activité, il va développer son alias Ardan Bel ainsi qu’un duo 100% analogique à Berlin avec Léonard de Léonard (signatures sur Traum et Night Noise), un nouveau projet plus electro pop Otomates avec le label Play it loudly et continue de se produire à l’international (bookings à Miami Tokyo, Berlin…).

 

En 2016 comme pour boucler un travail entamé il y a plus de dix ans, Humantronic revient à Marseille et signe le maxi South Waves sur KMS Records le légendaire label de Kevin Sauderson à Détroit.

« Homequest » son second maxi sur KMS deviendra numéro un des ventes technos du site américain Traxsource qui place Humantronic parmi les100 meilleurs producteurs de techno de l’année 2017.

Avec un troisième maxi sur KMS, 2018 verra les sorties de remixes du légendaire producteur de House, Shazz puis en 2019 un maxi signé sur le légendaire label Harthouse et la sortie vinyle du remix de l’hymne Techno de 1994 « The Milky Way » d’Aurora Borealis, plébiscité par Laurent Garnier dans son émission « It is What it is ».

 

Son label Manakacha est devenu depuis un lieu de transmission de son savoir-faire de DJ et producteur à travers ces cours de MAO et de Djing et après le duo électro-jazz TwoHeadson ! qu’il avait formé au début des années 2000, il a retrouvé avec sa participation dans le groupe Temenik Electric, la chimie d’un équilibre entre programmations et instruments live.

 

Cet homme serait-il une machine ? Peut-être. Mais une machine dotée d’un cœur qui pulse, à moins qu’il ne s’agisse, pour le dire autrement, de l’une des prochaines balises dans une techno devenue de plus en plus rigoriste.

https://www.facebook.com/humantronic
https://www.instagram.com/humantronic/
https://www.facebook.com/manakachastudio
https://www.instagram.com/manakachastudio/